Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Déni de Burn-Out : le Reconnaître et le Surmonter

Vous pouvez aussi télécharger le podcast pour l’écouter plus tard ! 


Vous vous sentez dépassées, épuisées, stressées… 

Vous avez perdu tout entrain lorsqu’il s’agit de franchir le seuil de la porte pour aller au travail, ou pire vous ne ressentez plus de plaisir pour les aspects quotidiens de votre vie.

Vous avez la sensation d’agir comme un robot et de vous laisser aspirer par un torrent sans rien faire pour vous en sortir et en continuant jour après jour de vous enfoncer dans un cercle infernal…

Malgré cela, vous continuez à vous persuader que vous n’avez pas d’autre solution, que vous pouvez vous sortir seul de cette situation et que vous vous devez de faire face à cette dure réalité et l’accepter.

Le Déni de Burn Out : un Mal Répandu

On estime à plus de 3 millions le nombre de Français présentant un risque élevé de burn-out. Cependant, l’Agence Nationale de Santé Publique ne dénombre que 30 000 cas avérés de ce mal.

On constate donc un écart considérable entre ces deux données qui est en grande partie dû au déni.

Des études récentes ont permis de mettre en lumière le fait que 12 % des personnes actives évaluées en situation de burn-out par des professionnels ne se sentent pas concernées par cette situation.

26 % d’entre elles estime être capable de contrôler la situation et 15 % d’entre elles sous-estiment de façon considérable leur besoin d’aide pour se sentir de ce mal-être.

Malgré leur conscience de la sévérité d’un burn-out, ces personnes ont donc perdu toute objectivité face à leur propre situation et occultent ou minimisent des symptômes pourtant évidents pour leur entourage.

À l’inverse, cet entourage peut parfois alourdir le mal de la personne en lui donnant l’impression d’être « une petite nature » et en utilisant des propos parfois heurtant et dégradants malgré elles.

femme soucieuse - Burn Out

Mon expérience du Déni de Burn Out

Comme vous le savez, j’ai moi-même fait l’expérience du burn-out et comme beaucoup de personnes touchées par ce mal, je suis restée sourde aux signaux envoyés par mon cerveau.

J’étais alors loin d’imaginer à quel point j’allais perdre pied et pensais que cette fatigue excessive était passagère. Je pensais que de simples vacances arriveraient à me remettre sur pied. Mais le burn-out est insidieux et s’est installé, tout doucement, au fil des mois, sans que je m’en aperçoive.

Quelques semaines à peine après ma prise de poste au sein de mon ancien emploi, j’ai été victime de surmenage professionnel. Mes nouvelles attributions me demandant énormément d’investissement et m’attribuant énormément de responsabilités, j’ai petit à petit commencé à agir par automatisme pour tenter, en vain, de me détacher complètement de tout ressenti et pouvoir effectuer mes tâches sans trop réfléchir.

Au fil des jours, la fatigue s’est accumulée dans mon corps et dans mon esprit jusqu’à me conduire au point de non-retour qu’est le burn-out avec toutes les conséquences qu’il implique.

J’avais perdu goût à mon travail et je persistais à continuer chaque jour à m’infliger cette souffrance au nom de beaucoup de principes et pensées limitantes qui occultaient totalement ma vision nette du problème vers lequel je fonçais sans ralentir.

Faire Face aux Pensées Limitantes qui vous poussent au Déni

Nous faisons tous face à des pensées limitantes qui parfois nous empêchent d’avancer et qui dans le cas d’un risque de burn-out nous poussent jusqu’au moment ultime où le corps et l’esprit perdent le contrôle.

Ces pensées limitantes sont de plusieurs ordres : 

  • Vous refusez d’accepter votre état comme un problème à traiter : Lors d’un épuisement général, il est important de prendre du recul et du temps pour vous reposer en ayant recours éventuellement à un arrêt de travail. Généralement, si vous êtes en plein déni de burn-out, vous considérez ne pas être malade et à ce titre ne pas être dans un état qui justifie de vous arrêter et de prendre du repos.
  • Vous avez peur de l’incompréhension : pourquoi toutes ces personnes autour de vous parviennent à gérer ce climat de travail et cette situation alors que vous non ? Comment pourraient-elles me comprendre et comment me jugeront-elles ? Autant de questions qui vous poussent à renoncer de peur de vous enfoncer encore davantage dans une position inconfortable.
  • Vous avez peur de l’échec et de l’inconnu : Accepter que votre situation n’est plus convenable implique de prendre des mesures parfois catégoriques pour y remédier. Dans ce genre de situation, il est possible de reculer par peur de ne pas réussir dans un nouveau domaine et par peur de ce qui nous attend si l’on décide de tout changer.
  • Vous avez peur de la perte financière : qui dit réduction de l’activité dit dans certains cas, réduction du revenu. Lors d’un burn-out, votre esprit, tellement occupé à se battre pour contrer cette fatigue envahissante ne parvient plus à trouver les solutions qui pourraient palier à ces changements du côté des finances. Ces changements sont pourtant très souvent apprivoisables avec quelques ajustements. En allant jusqu’au burn-out la question financière risque de s’imposer sans l’avoir anticipée.
  • Vous avez peur de la masse de travail : Imaginer vous arrêter pour prendre du repos, c’est également imaginer le travail qui est susceptible de s’accumuler durant votre absence et générer une double dose de travail à votre retour. Une mise au repos préparée et non subit dans l’urgence peut dans certains cas permettre d’anticiper ce genre de problèmes.
  • Vous avez peur de ne pas assurer la sécurité de votre famille : Les revenus des personnes du foyer sont bien évidemment une source de stabilité pour celui-ci. La diminution de votre activité peut conduire à la crainte de ne pas réussir à subvenir aux besoins de votre famille et de ne pas vous sentir à la hauteur pour leur apporter une certaine sécurité.

Chacun d’entre nous doit faire face et affronter des pensées limitantes qui lui sont propres et qui entravent sa progression. Dans le cas d’un burn-out, celles-ci peuvent empêcher la prise de conscience de votre état qui est le premier pas vers le chemin de la guérison.

Femme fatiguée au travail

Les risques du Déni de Burn-Out

Ce mal s’insinuant insidieusement m’a fait observer ma propre chute en spectatrice, sans même pouvoir intervenir.

Le véritable problème du déni est qu’il entraîne ses victimes dans des états de plus en plus avancés de surmenage. Il augmente ainsi de plus en plus les dommages causés par le burn-out.

Si vous présentez les symptômes du burn-out, mais que vous refusez d’y apporter un quelconque crédit, vous devrez vous faire accompagner par votre entourage familial et/ou professionnel. Il leur faudra être capable de vous extraire du milieu vous conduisant dans cet état de stress intense pour vous permettre de reprendre pied et d’entamer un processus de réassurance et de guérison. 

Évaluez vos Risques de Burn-out et Sortez du Déni

Il est donc important d’être capable de reconnaître les symptômes du burn-out afin de réagir rapidement et d’éviter de vous enfoncer plus profondément dans cet état dont il est difficile de sortir. 

Ces symptômes sont aussi bien d’ordre physique que moral et émotionnel.

Voici les symptômes qui pourraient affecter votre physique et qu’il est important de reconnaitre : 

  • vous avez un sommeil difficile,
  • vous subissez une perte d’appétit,
  • vous avez douleurs musculaires,
  • vous souffrez de maux de tête,
  • vous ressentez une fatigue extrême,
  • votre immunité s’affaiblie,
  • vous subissez une perte ou une prise de poids anormal.

À cela peuvent s’ajouter des symptômes émotionnels et moraux :

  • vous avez perdu votre confiance en vous,
  • vous ressentez un sentiment d’épuisement général,
  • vous vous sentez isolée,
  • vous ressentez un sentiment d’échec,
  • vous êtes démotivée,
  • vous vous dévalorisez,
  • vos humeurs sont changeantes,
  • vous faites preuve d’un pessimisme exacerbé.
Femme épuisée au travail

Pour aller plus loin et mieux comprendre ces symptômes, je vous conseille de lire mon article sur « Les 8 signes détaillés du burn-out« .

Si vous vous interrogez sur votre propre état d’épuisement ou celui d’un de vos proches et que vous constatez plusieurs de ces symptômes, il est nécessaire de prendre le temps d’en parler pour écarter un éventuel terrain à risque.

Le premier pas vers la guérison est l’acceptation de la situation afin de mettre en place un processus de réassurance et de guérison.

Si vous avez des questions, si vous vous interrogez sur votre positionnement face à un éventuel burn-out ou si vous souhaitez témoigner de votre propre expérience, n’hésitez pas à laisser un commentaire sous cet article.

Vous pouvez également partager cet article et cette vidéo autour de vous afin d’éveiller les consciences et de faire parvenir ce message aux personnes qui pourraient en avoir besoin.

Pour connaître votre situation face au burn-out en quelques minutes, rendez-vous sur la page du Quiz et répondez au questionnaire.

En attendant, prenez soin de vous et n’oubliez pas que vous méritez d’être libre, heureuse et épanouie. 

A très vite !



Laisser un commentaire